Algérie: « Une hausse logique du prix du carburant, Mais… »

Depuis quelques années, il y a une forte augmentation sur les prix de nombreux produits, biens et services. Certaines augmentations sont inexplicables ce qui fait réduire le pouvoir d’achat et étouffe l’économie algérienne, d’autres sont des augmentations logiques qui répondent à la conjoncture actuelle telle que l’augmentation du tabac ou encore le prix du carburant. Mais en augmentant le prix du carburant, pratiquement tous les secteurs de l’économie sont affectés d’une manière directe ou indirecte donc il faudra que les articles 26, 28 et 29 de la loi des finances 2017 qui stipulent cette augmentation doivent être accompagnés par d’autres lois afin de maintenir une dynamique de l’activité économique.

Pourquoi cette augmentation du prix du carburant est logique ?

Malgré ces hausses de 40% lors de ces deux dernières années, le prix d’un litre d’essence en Algérie est inférieur de plus de 3 fois que la moyenne mondiale qui est de 1,03 $ le litre. L’Algérie propose le quartier prix le plus faible au monde et le premier en Afrique avec seulement et malgré les augmentations 0,32 $/L loin devant certains pays producteurs de pétrole tel que le Nigeria 0,42$/L.

Le prix du carburant a des impacts socio-économiques et écologiques très importants. avec plus de 6 millions de voitures sur les routes algériennes, leurs utilisations sont relativement importantes ce qui génère beaucoup de pertes matérielles comme l’achat des pièces de rechange de l’étranger et d’autres charges de l’entretien des véhicules ou encore d’importation de nouveau trafic et du carburant.

En 2016, les émissions de dioxyde de carbone issu de la combustion de ressources fossiles (charbon, pétrole et gaz) ainsi que des cimenteries se sont élevées à 36,3 milliards de tonnes (gigatonnes ou Gt). Les activités humaines qui en sont responsables sont les transports (35%), les procédés industriels et la combustion de carburant (23%), la production d’énergie (12%) et les autres industries (30%). L’Algérie se situe parmi les pays a fort taux de pollution que certains pays industrialisés comme l’Allemagne, avec 9 à 74 d’air pollué/mètre cube de particules, l’Algérie dépasse largement la norme fixé par l’OMC qui est de 10 grammes par mètre cube. Le trafic est la principale source de cette pollution d’air, la hausse du prix du carburant pourra néanmoins diminuer les transactions des particuliers.

 

Mais, ces hausses du prix doivent être accompagnées par des mesures

L’Algérie dispose d’un coût de la vie qui est très bas ( le 5 éme plus bas coût dans le monde) avec un indice de prix de consommation à seulement 28.55, mais aussi un pouvoir d’achat qui est très faible avec 55.32 soit 44% plus faible que la métropole américaine qui est la référence (40 éme place à l’échelle mondiale). donc toutes hausses de ces produits a forte nécessité  entraînera une vie plus dure pour les consommateurs et un étouffement de l’activité économique, soit un ralentissement de l’attractivité économique des agents économiques au sein des villes, communes…

 Pour maintenir l’attractivité tout en faisant des économies et en étant écologique, il faut développer les transports en commun afin de redonner un substitut pour le transport du particulier. L’augmentation du prix du carburant entraîne systématiquement une augmentation du prix des transports en commun ce qui réduit de plus en plus le pouvoir d’achat des consommateurs et l’activité économique. Pour cela il faudra que l’État intervienne dans ce secteur afin de proposer un service moins coûteux, une gestion plus rationnelle et améliorer le prix et la qualité du service. Même dans les pays plus libéraux économiquement, le transport est monopolisé par des entreprises publiques comme c’est le cas en Angleterre ou en France.  

La hausse du prix du carburant entraînera une hausse des charges dans certaines productions ou distributions. pour cela on propose de redistribuer une certaine prime sur des secteurs stratégiques comme l’agriculture, qui sera équivalente au surplus du prix de l’hydrocarbure afin de ne pas augmenter leurs charges de production ou de commercialisation.

Ces deux mesures ne sont pas suffisantes, mais permettent de faire des économies et réduire les gaz à effet de serre en augmentant le prix du carburant sans pour autant baisser le pouvoir d’achat et augmenter les charges de production et de commercialisation.

 Suivez nous, le prochain article sera complémentaire a celui-ci

N’hésitez pas à partager vos opinions dans les commentaires ci dessous.

3 réflexions sur “Algérie: « Une hausse logique du prix du carburant, Mais… »

  1. je suis d’accord avec vous mais je rajoute que le grand problème en Algérie et dans le domaine de l’agronomie car il faut mettre un ministre capable d’organiser le marché en imposent sur les agriculteurs de produire tel et tel bien avec telle quantité minimum pour assurant l’équilibre de l’offre et de la demande comme ça le prix reste dans l’apporté du consommateur et avec un prix efficient pour développer les productions du secteur et d’un autre coté enlever les lourds protocoles d’exportation

    J'aime

  2. Pingback: Algérie : La Croissance verte une alternative pour l’avenir – Nassim Belouar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s