Article relayé également par le quotidien: La Voix D’Algeriee

La relance de la croissance économique se fait actuellement par l’investissement dans le capital humain et financier, pour cela plusieurs mesures ont été prises dans le but de la libéralisation et la modernisation du secteur bancaire. Ainsi, plusieurs réformes ont été prises dans le code  d’investissement durant ces  années afin de concevoir un cadre plus attractif pour les investisseurs locaux et étrangers comme l’exonération ciblée des droits de douane. Le secteur bancaire et le marché des capitaux sont détenus à 90% par des banques publiques ce qui a fait naître d’une part, un manque de liberté économique dû au manque d’ouverture à la concurrence pour  une amélioration continuelle du rapport qualité/prix des services financiers et d’une autre part une inadaptation du cadre juridique qui est un cadre très bureaucratisé et centralisé ce qui fait la contrainte majeure de l’étouffement les PME/PMI qui ont besoin d’un financement pour une extension de leurs activités et de donner une autre taille pour leur organisation.

La fin-tech sera non seulement un booster de la croissance économique grâce aux différents services qu’elle présente dans les secteurs bancaire, d’assurance et plus généralement de la finance, et fera gagner à l’Algérie cinquante ans d’avancement technique et législative.

Bill Gates disait   » l’économie n’a pas besoin de banquier mais de services financiers ». Quinze ans après sa déclaration, les technologies financières font trembler les banques et deviennent des concurrents potentiels. La fin-tech est en train de révolutionner le monde et particulièrement l’Afrique, l’innovation bancaire est le nouveau espace pour la conquête des start-up,  le crowdfunding « le financement par la foule » a permis  la naissance et le développement de beaucoup d’entreprises. La diaspora africaine, avec ses plus de 30 millions qui vivent aux quatre coins du monde, a contribué avec plus de 67 millions de fond en 2014 grâce aux blockchain, aussi plus de 350 000 d’entreprises ont bénéficié de  6 milliards d’euros de lever de fond en 2015.

Quelle est la place de l’Algérie dans tout ça ?!

L’Algérie s’isole de ce progrès révolutionnaire, ce graphe illustre le nombre de projets lancés par le crowfunding en Afrique (source: Agence EcoFin):  778-in

Ce domaine qui évolue extrêmement vite n’est pas d’actualité chez la société et au sein du gouvernement. Comparée à nos voisins le Maroc et la Tunisie qui disposent de 7 technopoles chacune, l’Algérie n’a qu’une seule technopole qui n’a pratiquement rien produit depuis sa création. En plus du Crowfunding qui sera la source de financement la plus rentable, la fin-tech en général instaurera un esprit d’innovation et de start-up pour pouvoir faire face à cette évolution technologique extraordinaire.

L’Algérie enregistre un énorme retard sur les moyens de paiement. Selon la GSM Association, l’Afrique subsaharienne possède aujourd’hui le record de pénétration du marché, avec 146 millions de comptes mobile monnaie enregistrée, dont près de 62 millions sont actifs. À titre de comparaison, c’est trois fois plus que l’Asie du sud, dix fois plus que l’Amérique Latine et les Caraïbes et 13 fois plus que l’Asie de l’est et le Pacifique ! Les paiements mobile et électronique sont des monnaies adaptées à l’économie africaine, elles permettent de passer d’une monnaie liquide classique vers des transactions hautement développées sans passer par le système des agences, c’est le cas du Kenya qui a enregistré une croissance économique de plus de 6% grâce principalement au paiement mobile qui est plus développé qu’en Europe.

En plus de répondre au besoin de financement des stars-up et des PME/PMI ce nouveau système qui digitalise la chaîne de valeur des banques et des assurances pourra ainsi donner du pouvoir d’achat aux consommateurs par des prêts entre particuliers qui répondront à cette longue démarche du crédit à la consommation

Les convergences entre la Fin-tech et l’économie algérienne :

Une volonté d’entreprendre chez les jeunes : La culture des stars-up en particulier et d’entrepreneuriat en général est en train de s’instaurer en Algérie, plusieurs start-up ont vu le jour durant ces dernières années, mais ça reste insuffisant, l’une des raisons principales est le fait que les jeunes et les moins jeunes peinent à trouver pas le financement qu’il faut pour leurs projets. Les différentes branches des technologies financières telle que le financement participatif, le prêt entre particulier et les donations entre particuliers, vont diminuer ces contraintes financières et les gens pourront développer leurs industries numériques et créer de la richesse et de l’emploi.

 

Le développement d’internet et des nouvelles technologies : L’Algérie compte aujourd’hui plus de 39 millions d’utilisateurs mobiles dont 20 millions d’internautes, ceci étant l’une des convergences principales, facilitant l’installation des fin-tech. Actuellement l’utilisation d’internet est orientée vers les réseaux sociaux et elle ne profite pas au développement du mode de vie algérien. Ce graphe montre l’utilisation de Facebook par les Algériens ( source: MEDIANET)04-interets-_0

Forte diaspora : L’Algérie dispose d’une diaspora (plus de 7 millions) connu par sa richesse intellectuelle et financière. La fin-tech sera un fort atout pour cette diaspora afin d’investir soit à travers des idées ou  de moyens financiers.

Marchés vierges : L’économie planifiée a fait de l’Algérie l’un des pays les moins innovateurs au monde. Il n’existe qu’un site connu pour les échanges (ouedkniss), toutes nouvelles initiatives (applications, monnaie de paiement …) seront nouvelles sur le marché.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s