Étudiant auto-Entrepreneur, comment faire ?

Pour tout étudiant ou jeune diplômé qui cherche à créer son propre projet d’entreprise, quelle que soit la filière d’études suivie, le statut d’auto-entrepreneur reste l’une des meilleures solutions notamment pour les étudiants étrangers, et spécialement les étudiants algériens en France. Ce statut s’applique tant que le chiffre d’affaires réalisé ne dépasse pas les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise qui est de 82 800 euros pour une année civile  pour les activités d’achat/vente de marchandises, d’objets, de fournitures et de denrées à emporter ou à consommer sur place, et les activités de logement.

Pour tout étudiant ou jeune diplômé qui cherche à créer son propre projet d’entreprise, quelle que soit la filière d’études suivie, le statut d’auto-entrepreneur reste l’une des meilleures solutions notamment pour les étudiants étrangers, et spécialement les étudiants algériens en France. Ce statut s’applique tant que le chiffre d’affaires réalisé ne dépasse pas les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise qui est de 82 800 euros pour une année civile  pour les activités d’achat/vente de marchandises, d’objets, de fournitures et de denrées à emporter ou à consommer sur place, et les activités de logement.
Il a pour objectif de schématiser l’exercice de petites activités autonomes et indépendantes : l’auto-entrepreneur peut exercer une activité commerciale en parallèle de son  activité principale, c’est-à-dire en complément de son statut d’étudiant en générale.
Qu’en est-il du droit des étudiants algériens en France ?
En droit, un étudiant algérien en France peut demander une carte de séjour temporaire autorisant l’exercice d’une activité commerciale, artisanale ou libérale en qualité d’auto-entrepreneur.
Pour un éventuel changement de statut, l’étudiant Algérien qui a en sa possession une carte de séjour en cours de validité n’a qu’a télécharger le formulaire CERFA n°13473*01 dûment remplie, complété et signé; et joindre une déclaration sur l’honneur de non-condamnation pour le pays dans lequel il a résidé pendant les dix dernières années éventuellement (Algérie) ; une déclaration sur l’honneur de non-faillite dans le pays d’origine (Algérie); ainsi quelLes pièces justificatives relatives à l’activité commerciale envisagée. En complément à cela; un Curriculum vitae, diplômes.
Pour aboutir dans une telle démarche, il est primordial que les étudiants étrangers veillent à soumettre des dossiers complets et extrêmement bien motivés.
Le séjour, le travail et la circulation, des Algériens en France sont régis par l’accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié notamment L’article 5 de ce dernier qui stipule que : « Les ressortissants algériens s’établissant en France pour exercer une Flag_of_France_and_Algeriaactivité professionnelle autre que salariée reçoivent, après le contrôle médical d’usage et sur justification, selon le cas, qu’ils sont inscrits au registre du commerce ou au registre des métiers ou à un ordre professionnel, un certificat de résidence dans les conditions fixées aux articles 7 et 7 bis».
Comment procéder a ce changement de statut ?
Tout se passe au niveau de la préfecture, cette dernière demande à déposer dans le dossier de changement de statut :
– Une présentation du projet d’entreprise (business plan) explicitant la stratégie commerciale envisagée et les moyens mis en œuvre pour atteindre les buts fixés ;
– Un budget prévisionnel sur trois ans sous la forme de bilans prévisionnels ;
– Une copie du statut de la société souhaiter faisant apparaître la répartition du capital social ;
– Une attestation de solde créditeur précisant le montant présent sur un compte courant ouvert en France et au nom du requérant ;
– Une copie de la promesse de bail commercial ou, en cas de domiciliation de l’entreprise à votre domicile.
Le changement de statut pour un étudiant algérien a plusieurs avantages car pour l’étudiant en possession d’un titre de séjour mention étudiant, il n’est pas autorisé a travailler sauf avec une autorisation de travail et pour des horaires réduits et limités.
Quelques conseils utiles avant d’entreprendre : 
1 – Assurez-vous d’avoir une source de revenu autre que celle de votre futur business.
2 – Entourez-vous d’associés financièrement autonomes pour rester dans un état d’esprit entrepreneurial.
3 – Faites appel aux aides de l’état, aux incubateurs… mais ne comptez pas sur ces sources de financement pour créer votre entreprise.
4 – Rencontrez un maximum de créateurs d’entreprises et de gens influents avant de vous lancer afin d’avoir des retours de gens qui ont l’expérience de la création d’entreprise.
5 – Vos premiers clients sont stratégiques, vous devez être à leur écoute et être professionnel afin de les fidéliser et de bénéficier de l’effet du bouche à oreille qui reste la meilleure publicité.
6 – Automatisez un maximum de process pour limiter les interventions humaines.
7 – Montez un blog ou un site Web vitrine pour lancer votre activité sur internet.

Articles similaires

Impacts de la croissance des dépenses publiques sur les équilibres macro-économiques : cas de l’Algérie

Par LEKKAM Marzouk Les politiques publiques jouent un rôle principal dans la détermination et l’orientation des performances d’un pays, ainsi que …

Comment le prix du bitcoin est fixé ?

Dans cet article nous allons présenter les deux raisons de la variation des cours du bitcoin notamment l’offre, la demande …

Le bitcoin : avantages et inconvénients

Le bitcoin a été décrit par ses utilisateurs comme la toute première implémentation du concept de crypto monnaie. Les crypto …

Le minage, activité indispensable au fonctionnement du réseau bitcoin

Le minage, pour sa part, est une activité qui nécessite une forte utilisation du matériel informatique pour exécuter un algorithme …

De l’or au bitcoin : comment en est-on arrivé là ?

Depuis l’avènement de la monnaie comme intermédiaire des échanges entre agents économiques, ses formes ont évolué. Ainsi, les métaux précieux …

Objets connectés (IoT) : vers l’automatisation de la société

L’IoT a évolué à partir de la convergence des technologies sans fil, des systèmes micro-électromécaniques (MEMS), des microservices et d’Internet. …