De l’or au bitcoin : comment en est-on arrivé là ?

Depuis l’avènement de la monnaie comme intermédiaire des échanges entre agents économiques, ses formes ont évolué. Ainsi, les métaux précieux (or, argent) ont été remplacés par les monnaies-papier convertibles en or qui elles-mêmes, depuis la fin des accords de Bretton-Woods 1945 , ont été remplacées par les monnaies fiduciaires émises par les banques centrales telles que nous les connaissons actuellement sous leurs formes physiques ou dématérialisées. La monnaie n’a donc pas de forme particulière mais évolue avec le temps. Le dénominateur commun est la confiance de la communauté des usagers qui confère à la monnaie une valeur d’échange permettant de conclure définitivement une transaction.

L’évolution technologique a conduit à la création et à l’émergence d’une nouvelle forme de monnaies : la monnaie virtuelle ou digitale, baptisée aussi crypto-monnaie. Ces monnaies électroniques sont créées à partir d’un protocole cryptographique de pair à pair, donc sans banque centrale, comme c’est le cas habituellement. Au sens strict du terme, il s’agit donc de monnaies privées au sens de Hayek1 : « the further pursuit of the suggestion that government should be deprived of its monopoly of the issue of money opened the most fascinating theorical vistas and showed the possibility of arrangements which have never been considered ».

Actuellement, la monnaie la plus connue et la plus utilisée est, le bitcoin. Mais plusieurs centaines seraient actuellement en circulation. On peut citer, par exemple, litecoin, peercoin, auroracoin, dogecoin, ripple…

Le bitcoin est à la fois une monnaie et un système de paiement, ce qui le rend particulièrement inhabituel par rapport aux autres monnaies. Les changements continuels de ses prix et d’une manière imprévisible ont rendu perplexes les économistes du monde et, ont accentué l’appétit d’innombrables investisseurs et spéculateurs, c’est le cas par exemple de l’Emirat de Dubaï qui est aujourd’hui considéré comme un eldorado des nouvelles technologies de pointe, ce dernier a mis en place sa propre monnaie virtuelle « Dash coin » basée sur les mêmes principes du bitcoin. Identiquement, du côté des pays dits « en voie de développement », le Venezuela a aussi développé sa propre crypto monnaie appelée « pétro-coin » pour lutter contre l’inflation chronique dont souffre le pays.

L’histoire du bitcoin
L’histoire du bitcoin a commencé le 1er novembre 2008 avec la publication des spécifications du système Bitcoin par un (ou groupe ) informaticien Satoshi Nakamoto. Ces spécifications basées sur des calculs mathématiques, si on les excepte il reste un énoncé clair des intentions et du fonctionnement du système. Il s’agit de réaliser des paiements sur internet sans passer par les tiers de confiance que sont aujourd’hui les institutions financières.
le terme « bitcoin » vient de bit (l’unité d’information la plus simple dans le système binaire, 0 ou 1) et de coin (pièce de monnaie en anglais). Avec un b minuscule, bitcoin désigne la monnaie qui circule sur le réseau, tandis que Bitcoin avec B majuscule désigne le protocole c’est-à-dire la manière donc cela fonctionne (pour plus de détails, voir la page suivante).

Le 3 janvier 2009 survient la création du premier bloc appelé « bloc4 genesis »de 50 bitcoins. Le 12 janvier 2009 a lieu la première transaction de pair à pair entre Satochi Nakamoto et Hal Finney, un cryptologue .Le 5 octobre 2009 nait le premier taux de change: le bitcoin vaut 0,0001 $. Le 25 avril 2010 la première cotation voit le jour ou le bitcoin vaut 0,0003$, et 1 bitcoin atteint 1 dollar le 9 février 2011.

Les premiers rapports critiques de la banque centrale européenne sont produits en 2012, lorsque la valeur du bitcoin atteint environ 15$. En 2013 et 2014, ont lieu les audiences des sénats américains, Canadiens et français à propos du bitcoin qui se conclura par une volonté de surveiller le développement sans entraver la capacité d’innovation de cet ovni monétaire. Pendant ce temps, le cours flambe à plus de 1 000 $ le bitcoin fin 2013, avant de redescendre tout au long de 2014, pour se retrouve à la moitié de sa valeur au début de l’année 2015,

Nous observons que la monnaie bitcoin subit des secousses : l’affaire dite Silkroad , du nom d’une plate-forme illégale ou le bitcoin servait de monnaie d’échange pour un trafic de vente de produits illicites sur internet , a éclaté au grand jour fin 2013, suivie , plusieurs mois après , d’une seconde affaire silkroad sur le même modèle . Début 2014, est apparue la faillite de la plate-forme d’échange japonaise MtGox dirigée par un Français, sur fonds de négligences et de malversations : 744 408 bitcoins disparaissent lors de la faillite, et ce sont 18 864 bitcoins qui sont volés sur une plate-forme slovène, au début 2015 voir figure 1.

Evolution des prix du bitcoin

Evolution des prix du bitcoin / Source: blockchain.info

Pourtant, de plus en plus d’acteurs s’intéressent au bitcoin, comme un moyen de paiement et l’utilisant pour l’échange, voire du transfert de fonds. Puis, progressivement, la tendance est de regarder le protocole, le système Bitcoin et notamment la blockchain qui permet de valider et de mémoriser les transactions en bitcoins.
Sur la monnaie bitcoin, les points de vue diffèrent selon les pays : en Russie et en L’Algérie, elle est vue comme une monnaie illégale, alors qu’aux Etats-Unis elle est considérée comme un actif et non comme une monnaie. Le cours de cette monnaie en 2015, il a été relativement stable, la plupart de temps entre 200 et 250$, mais grimpait début de 2016 autour des 350 $. C’est dire que cette monnaie est encore très volatile et continue à attirer les traders de tous les continents (voir figure 1).

Contribution de la part de Tahraoui Mokhtar, étudiant en ENSEA.
Contact : tahraoui.mokhtar.ensea@gmail.com

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

Articles similaires

Moteur de recherche interne